Cénotaphe de Nicolas d'Estouteville († 1177)

 

Cénotaphe de Nicolas d'Estouteville

Déambulatoire de l'abbatiale de Valmont. 2015.
Nicolas fonde l'abbaye de Valmont en 1169. Sa tombe, probablement détruite pendant la
guerre de Cent Ans, est remplacée à la fin du XV
ème siècle par ce cénotaphe.

 

Nicolas meurt en 1177342. Il avait son obit à l’abbaye de Valmont le 22 avril343. Sa tombe, dont on ne sait rien, est probablement détruite pendant la guerre de Cent Ans. Vers la fin du XVème siècle344, un monument commémoratif avec gisant vient la remplacer, installé ‘dans le sanctuaire du côté de l'épitre’, où Toussaint Duplessis l'y voit peu avant 1740345. La Collection Gaignières conserve un dessin du cénotaphe exécuté vers 1702346. Les pieds du chevalier reposent sur un lion pacifique accolé à un modèle réduit d'église. Le soubassement est orné de cinq arcs gothiques alignés en façade, qui abritent dans des niches des statuettes. Selon l’échelle figurant sur le dessin, la table de pierre portant la statue aurait eu une longueur de 7,2 pieds, environ 2,30 mètres347.

Première translation
En 1772, en préparation d’aménagements dans l’abbatiale, et dans l’intention implicite d’escamoter des sépultures sans doute un peu trop présentes au goût des moines
348, plus de deux siècles après la mort d’Adrienne (1560), la dernière des Estouteville de Valmont, le monument de Nicolas est déplacé, le 1er mai349, dans une chapelle collatérale qui prend le nom de Saint-Nicolas350. Deux autres mausolées l’accompagnent : la tombe de Jacques d’Estouteville et Louise d’Albret (t. 2, ch. 27), et la dalle funéraire de Robert V et Marguerite d’Hautot (ch. 10). Le manque de place impose apparemment que le cénotaphe soit raccourci : deux statuettes sont rabattues sur les faces latérales, et le modèle réduit d’église, dont ni le plan ni l'élévation ne sont ceux de l'abbatiale, suspendu au-dessus du gisant351. En 1829, le peintre Eugène Delacroix, qui trouve en l’abbaye en partie ruinée un puissant écho à son inspiration romantique, en réalise plusieurs esquisses352.

Seconde translation
La couverture de l’édifice allant se dégradant, les trois sépultures sont à nouveau déplacées, en 1832 ou peu avant, dans la chapelle d’abside, dite des Six-Heures. Un dessin original réalisé par Achille Deville pour la Commission des Antiquités en 1832
353 les y montre, alors qu’elles se trouvaient peut-être encore dans la chapelle latérale l’année précédente, si on se fie à un tableau de Delacroix exécuté en 1831, Ruines de la chapelle de l’abbaye de Valmont354. Qui sait même si l’idée de son sujet n’est pas venue au chef de file de l’École romantique en apprenant que les monuments qu’il appréciait allaient être déplacés ? Ils vont rester sous l’abri de la superbe voûte gothique de la Renaissance de l’abside, qui fait la renommée de l’abbatiale de Valmont, jusqu’à la toute fin du XXème siècle.

[...]

Aujourd’hui
En 1994, des moniales bénédictines de Lisieux déménagent à Valmont : il faut reconstruire les parties disparues de l’église, la couvrir et libérer l’abside. Le cénotaphe est déplacé dans le déambulatoire en 1999
357, derrière la partie droite du chœur, à un emplacement très proche de celui qu’il occupait à l’origine. Le gisant mesure 1,67 mètre (sans le lion à ses pieds). La statue est en pierre, le visage d'albâtre. Nicolas a les yeux ouverts et les mains jointes en prière358. Il est vêtu de jambières d'armure et d'une cotte de mailles, sous un tabar armorié, et porte au cou une chaîne à gros maillons à laquelle est suspendue une croix359. Il est armé d’une épée au côté gauche et d’une dague au côté droit. Les statuettes des niches, d’une facture supérieure, représentent une Vierge à l’Enfant, saint Benoît et deux pleurants bénédictins. Au centre, le blason des Estouteville, bûché360, est présenté par deux lions armés et lampassés. De nombreuses traces de polychromie montrent que le monument était peint. On lit sur le listel en lettres gothiques :

Le cénotaphe est exécuté trois siècles après la mort de Nicolas, ce qui explique les erreurs de l'inscription : on confond la fondation de l'abbaye avec celle du prieuré d'Étoutteville par son père. Quant à la date de 1120, elle se réfère vraisemblablement au décès d'un autre Nicolas, peut-être l'arrière-petit-fils du fondateur, non au XIIème siècle, mais en 1220 (ch. 6).

(T. 1, p. 92-98)


342. Annales de Saint-Taurin d'Évreux : ‘MCLXXVII. Obiit Nicolaus de Estotevilla.’ RHF-12, p. 777. — Nicolas est nommé dans les pipe rolls pour Stratfied jusqu’à la Saint-Michel 1176 et plus ensuite. Note 311.
343. ‘Obit Nicholai primi fundatoris ung libera’. HMEN, p. 52, cf. une copie de l’obituaire dans les ‘archives de Valmont’. Et le 5 novembre : ‘obit Julianae primae fundatricis ung libera’. Même date pour Nicolas dans l'obituaire de l’abbaye d’Hambye, lacunaire des quatre derniers mois de l’année : '10 kl. maii. Nicholaus d'Estoutevilla' (Eugène NIOBEY, Histoire de Hambye, le château, l'abbaye, Saint-Lô, 1940, p. 327). Obit, service religieux anniversaire célébré à la date du décès. Au Moyen Âge, la mort était considérée comme la vraie naissance, en tant que renaissance au royaume de Dieu. Pour cette raison, peu de dates de naissance sont connues.
344. VALLERY-RADOT, ibid., p. 388. Bérénice MAINOT, L'abbatiale de Valmont à la Renaissance, dans PMN, p. 112. Le commanditaire serait donc Jacques d’E.-Valmont (1448 / 1490), voire les tuteurs de son fils Jean III (c. 1483 / 1517).
345. DHN-1, p. 161. Il ajoute assez injustement que le mausolée ‘n'a rien que de commun’. Le soubassement est au contraire très remarquable... Épître, partie à droite du chœur en faisant face à l'autel. L’évangile est à gauche. Le cénotaphe aurait pris la place de la tombe de Robert Grondebœuf, reléguée derrière le chœur, selon les dires des moines rapportés dans le procès-verbal de 1525 (note 116) : ‘la representacion de feu Robert d'Estouteville, qui avoit este a la conqueste de Jherusalem et qui avoit este ostee du lieu ou estoit la representacion dudict Nicolas leur fondateur.’
346.
Gallica, btv1b69073447.
347. Pied de Colbert, en vigueur en 1700 : 32,48 cm. Selon cette échelle, le gisant sans le lion mesure 5 pieds, 1,62 m, ce qui correspond assez bien, en tenant compte d’un léger effet de perspective, à sa longueur réelle de 1,67 m.
348. En 1758, neuf sépultures de la famille d’Estouteville occupaient le pourtour du chœur et une partie du devant de l’autel, selon un procès-verbal du 13 juillet qui les décrit, rédigé par l’avocat Jean-Baptiste Cherfils. AD76, 19 H 3. Seulement trois d’entre elles seront conservées lors des transferts quatorze ans plus tard. Les restes des corps seront déposés dans un caveau sous le chœur. Deux tombes de femmes, l’une avec gisant, n’étaient plus identifiables. Disparaîtront avec elles celle de Jean, chanoine de Rouen (voir
note 704), ainsi que trois autres, dont ce procès-verbal présente le grand intérêt de livrer des descriptions relativement précises :
A — ‘Au même côté de l'epitre au bout de l'autel est la tombe en pierre de liais de messire Robert d'Estoutteville seigr d'Ausseboc suivant l'inscription suivante qui est le long des bords d'icelle “Cy gist noble et puissant seigneur messire Robert d'Estoutteville chevalier en son vivant seigneur d'Ausseboc et de Lamerville frere puisné de messire Louis d'Estoutteville seigr dud lieu et aîné de monseigneur Guillaume cardinal archevêque de Rouën, lequel trepassa l'an mil IIIIc LXXVII. le premier jour de juin. Pour l'honneur duquel a fait faire cette tombe damoiselle Antoinette sa fille veuve de feu noble seigr . . . . . . . . . . . senechal héréditaire du Perche.” ’
Il s’agissait de la
sépulture de Robert d’E.-Auzebosc (t. 2, ch. 41), seigneur d’Auzebosc (Seine-Maritime, a. Rouen, c. Yvetot) et de Lammerville (Seine-Maritime, a. Dieppe, c. Luneray), et non ‘dauleuille & de larmeuille’ comme on le lit sur une reproduction de sa tombe dans la Collection Gaignières (Gallica, btv1b6907347g ; voir la note 953 concernant les réécritures Gaignières), mort le 1er juin 1477, frère de Louis d’E.-Valmont, sénéchal de Normandie, de Guillaume, archevêque de Rouen, et père d’Antoinette, mariée à Georges Havart (‘georges linart’ sur le dessin Gaignières), maître des requêtes et conseiller de Charles VII. L’abbé Cochet témoigne qu’un fragment de sa pierre tombale se voyait encore dans des décombres vers 1850. Il y a lu ‘ces mots capables d’induire en erreur’ comme le dit : ‘. . . . cardinal, archevesque de Rouen, lequel trespassa l'an mil IIIIc LXXVII’ (EAY-2, p. 158).
B — ‘Derriere l'autel au coin de l'epitre est une tombe de liais avec cette inscription “Cy gist noble et puissante dame madame Marguerite de Harcourt en son vivant femme de noble et puissant seigneur monsr Jehan sire d'Estoutteville, laquelle trepassa a Rouen l'an mil CCCC. XXI le IX. jour d'octobre. Priez Dieu pour l'âme d'icelle.” Laditte dame representée linealement avec l'ecusson de ses armes consistant en trois fleurs de lys et une barre.’
Marguerite d’Harcourt, épouse de Jean II (t. 2, ch. 24), morte le 9 octobre 1421, était la nièce de la reine Jeanne de Bourbon, femme de Charles V. Jean II, mort dépossédé durant l’occupation anglaise, ne fut pas inhumé à Valmont. La tombe de Marguerite est commandée par son fils le cardinal en 1461, quatorze ans après la libération de Valmont. Il la paie 40 livres 10 sols, plus 9 livres 7 sols 6 deniers pour son transport de Rouen, et 30 sols pour installer ‘lad tombe en leglise de Vallemont au lieu ou la mere et la seur de mond Sg
r sont en sepulture’ (AD76, G 58, f° 32v).
C — ‘Au milieu du derriere de l'autel est une grande tombe de marbre moir dont l'inscription n'existe plus, laquelle tombe porte deux representations gravées sur lames de cuivre ainsi que les ornements qui les accompagnent, l'une desquelles represente un homme revetû d'une cuirasse ayant sur l'estomac la figure d'un lyon qui est l'attribut desd. anciens seigneurs d'Estoutteville, l'autre est la figure d'une femme. Lesquelles lames de cuivre sont en partie cassées et détruites.’
Cette dalle de marbre figurant un couple était celle de Robert VII (t. 2, ch. 23) et de Marguerite de Montmorency, fille du maréchal Charles de Montmorency, si on se réfère au procès-verbal de 1525 (note 116). Robert VII est mort le 28 février 1395/6, selon deux témoins dont son écuyer (Jean-Marc ROGER, L’enquête sur l’âge de Jean II d’Estouteville (21-22 août 1397), dans le Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du CTHS, année 1975, Paris, 1977, p. 110), Marguerite peu avant le 21 septembre 1406.
Comme l’écrit l'abbé Cochet, extraits des délibérations capitulaires à l'appui, 'la cause de cette révolution tumulaire fut la confection d'un autel à la mode et le pavage du chœur à la facon du siècle de Louis XV' (EAY-2, p. 159-160). Signalons encore pour conclure cette longue digression que les moines de Valmont, à l’instar de ceux d’autres monastères, réemployaient les dalles funéraires de leurs abbés pour paver leurs locaux, comme l’ont montré les fouilles des années 1990.
349. Date mentionnée à plusieurs reprises dans le procès-verbal des translations, ouvert le 15 janvier et clos le 16 septembre 1772 (AD76, 19 H 3), ainsi que sur
une plaque gravée contemporaine conservée dans l’abbatiale. Les déplacements sont effectués avec l’accord sous conditions d’Honoré III Grimaldi, ayant droit des Estouteville.
350. Alphonse MARTIN, Notes pour servir à l'histoire de l'abbaye de Valmont (1754-1792), Fécamp, 1876, p. 33-34. Extrait du registre des délibérations capitulaires. Conformément aux intentions exprimées dans le procès-verbal le 15 janvier 1772 (f° 2v) : les mausolées 'seront transférés dans la chapelle collaterale du côté vers l'evangille vis a vis le sanctuaire et presbitaire'.
351. On observe encore dans cette chapelle, l’avant-dernière à gauche en comptant de l’entrée principale de l’église, sur le mur de droite, la trace maçonnée laissée par la maquette, ainsi que l’arc semi-circulaire de l’enfeu qui apparaît, encadrant le monument, sur un dessin de 1825 exécuté par Espérance Langlois pour la Commission départementale des Antiquités.
AD76, 6 Fi 4/106b. Longueur du modèle réduit et de l’empreinte : 1,02 m.
352. Arlette SÉRULLAZ, Delacroix et la Normandie, Paris, RMN, 1993, p. 16, 31. Galerie de BAYSER, Catalogue Delacroix, Paris, 2011, n° 4. On y voit l’enfeu de la chapelle latérale. Entre 1813 et 1850, Delacroix réside neuf fois à l’abbaye de Valmont, alors propriété de ses cousins Bataille et Bornot (SÉRULLAZ, ibid., p. 29).
353.
AD76, 6 Fi 6/111.
354. SÉRULLAZ, ibid., p. 28, 33, 68. De BAYSER, ibid., couverture et n° 1. La toile a été achetée par la ville de Rouen en 2012.
[...]
357. MAINOT, op. cit., p. 110.
358. Les mains refaites en plâtre, visibles sur le dessin de 1832, avaient disparu en 1825 et 1829. Références ci-avant.
359. Contrairement à ce qu’affirment certains auteurs anciens, il ne s’agit pas du collier de l’ordre de Saint-Michel, créé par Louis XI en 1469 en référence à la résistance victorieuse, dirigée par Louis d’E.-Valmont, du Mont-Saint-Michel face aux Anglais. La parure aurait, peut-être, pu être attribuée à la statue de Nicolas en guise d’hommage, mais on ne voit pas de coquilles s’intercalant entre les mailles, principale caractérisque de ce collier. En comparaison, le blason de Jean II d’E.-Torcy (t. 2, ch. 33), de la première promotion dans cet ordre, tel qu’on l’observe gravé sur une clé de voûte de la collégiale Saint-Michel de Blainville qu’il fait construire entre 1489 et 1491, donc de l’époque du cénotaphe, est ceint d’un collier à coquilles.
360. Sans doute à la Révolution, puisqu’il pouvait encore être décrit dans le procès-verbal de 1772 (f° 4v) : ‘Au milieu du sous bassement au côté qui fait face au sanctuaire est un ecusson en relief, portant aussi en relief, sur un fond d'argent, cinq bandes et un lion montant le tout de sable, et est ledit ecusson suporté obliquement, par deux lions aussi en relief'.
361. Relevé in situ. Majuscules, minuscules et ponctuation respectées. La dernière phrase, au lettrage droit, est gravée sur le côté refait. Le second X, situé sur l'arête, peut sembler douteux, mais 1120 est confirmé par le procès-verbal de 1758 (f° 1r), antérieur à la réfection.

 
 

Gisant de Nicolas d'Estouteville

 

Gisant de Nicolas d'Estouteville

La statue est de pierre, le visage d'albâtre. Nicolas est vêtu d'un haubert sous un tabar armorié.

 

Gisant de Nicolas d'Estouteville

 

Lion pacifique et traces de polychromie

Lion pacifique et traces de polychromie.

 

Cénotaphe de Nicolas d'Estouteville

Modèle réduit d'église sans doute exécuté loin de
Valmont, car ni le plan ni l'élévation
ne sont ceux de l'abbatiale.

 

Pleurant bénédictin

Pleurant bénédictin.

 

Pleurant bénédictin

 

Vierge à l'Enfant

Vierge à l'Enfant.

 

Blason bûché porté par des lions

Blason bûché porté par des lions
armés et lampassés
. Le cimier est aussi un lion.

 

Saint Benoît

Saint Benoît.

 

Pleurant bénédictin

Pleurant bénédictin.


Enfeu dans la chapelle Saint-Nicolas


Enfeu dans la chapelle Saint-Nicolas, emplacement du mausolée de 1772 à
c. 1831. 2022.